Nos cerveaux et l’hypnose

une_livret

Pour expliquer ce qui se passe lors d’une séance d’hypnose, examiner le fonctionnement de notre cerveau – de nos cerveaux – semble primordial.

En effet, nous avons tous un cerveau gauche, siège de la logique, raisonné, volontaire, conscient et un cerveau droit, centre de l’imagination, de la créativité, des émotions, de l’inconscient.

La plupart du temps, quand notre cerveau gauche -conscient- nous signale que nous avons un problème que nous ne parvenons pas à surmonter, nous concluons que nous manquons de volonté ou que nous sommes incapables!

Mais, en fait, la raison de l’existence de ce problème prend sa source dans le cerveau droit, qui, pour des raisons inconnues de nous, ne peut pas ou ne veut pas ne pas créer une réaction de type phobique, par exemple.

Il est alors très compliqué de surmonter cette situation: le cerveau émotionnel est tellement puissant que le cerveau conscient, avec toute sa volonté, est désarmé. Pour que la volonté agisse, il faut que le cerveau émotionnel soit d’accord: alors tout est possible!

A la lumière de ces incontournables constatations, il paraît déplacé et inutile d’accabler les fumeurs, les boulimiques, les personnes qui ont peur des serpents ou qui dépriment. La volonté seule n’a qu’une marge de manœuvre minuscule.

Hélas  les deux cerveaux communiquent mal, même s’ils cohabitent car ils ont un fonctionnement complètement différent.

En effet, le cerveau droit ne sait pas prendre de distance face à une situation traumatisante : il le vit en direct et va le graver sur son disque dur comme « traumatisme » et le gardera en mémoire toute votre vie. Le cerveau gauche, lui, va analyser, comparer, évaluer, tant et si bien, qu’il va finir par classer l’affaire et en faire un souvenir. Consciemment, pour vous, c’est réglé, digéré, on n’en parle plus…

Au hasard de la vie, nous allons être confrontés à des situations devant lesquelles nous sommes démunis, bloqués, paniqués, sans en connaitre la cause consciemment, puisque, je vous le rappelle, la porte entre les deux cerveaux est cadenassée. On pourrait dire qu’un système de protection s’installe, quand bien même le danger semble être inexistant dans cette nouvelle situation.

Là intervient l’action proposée par l’hypnose, à savoir établir une » communication » entre les deux cerveaux, en  nous donnant l’accès à des informations et des ressources présentes dans notre cerveau émotionnel…

****************************

Le DR Jill Taylor, suite à un accident vasculaire cérébral, a étudié le fonctionnement des deux cerveaux. Son cerveau gauche neutralisé, elle découvre les « vertus » de son cerveau droit.

A voir, c’est plein d’humour! Bons visionnages!

http://youtu.be/C93lRoqWuGg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *